Publicités

On a écouté « Addictions » le deuxième album d’Amir (Chronique)

Il y a quelques jours Amir dévoilait son deuxième album intitulé « Addictions ». Chronique d’un album solaire oscillant entre hits énergiques et pépites.

L’amour, c’est le thème centra de cet opus. Un album qui s’ouvre avec le titre « Que seront les hommes » s’interrogeant sur ce que seraient les Hommes sans amour. Le tout porté par un refrain entraînant pop et ses beats effrénés. Une belle entrée en matière et un message humaniste et fédérateur.

Arrive ensuite « Etats D’amour » qui résonne déjà dans nos oreilles depuis plusieurs semaines puisqu’il est le premier single de l’album. Un hit pop entraînant et solaire parlant du passé douloureux du chanteur, mais sans tomber dans le pathos.

Place à un morceau soft et acoustique avec « Tout passe ». Un hit également rythmé par des sifflements affirmant qu’avec le temps la douleur s’atténue. Avec des paroles travaillées et poétiques à l’image de la phrase « Si l’on devient aveugles comme l’amour, j’apprendrais à lire en braille ».

Amir tient sans doute un futur tube avec « Les rues de ma peine ». Un hit qui monte en puissance petit à petit et un refrain pop entêtant qui pousse à avancer. « Je ne squatterais plus, les rues de ma peine, quand je suis perdu, j’veux qu’tu me ramènes » clame le chanteur.

S’en suit une petite pépite intitulée « Il était une femme ». Une douce mélodie porte cette ritournelle interprétée avec délicatesse par Amir. Une fois de plus le texte imagé frappe et émeut. Une véritable déclaration d’amour envers une femme attentionnée. « Elle le porte comme un roi, à bout de cœur… » murmure l’artiste. Le charme opère tout au long du morceau.

Retour à la pop entraînante et solaire avec « Le cœur dans les cordes » poussant une nouvelle fois à se surpasser et ne jamais baisser les bras dans la vie et ce, quoi qu’il arrive. Un message optimiste et un titre qui a toutes les chances de devenir lui aussi un véritable hit.

Plus tropical « Sors de ma tête » n’en est pas moins entraînant. Le titre de la chanson en dit long sur les intentions du chanteur ici bel et bien décidé à oublier une déception amoureuse avec conviction. « Sors de ma tête » clame t-il à plusieurs reprises.

On arrive à la moitié de l’album avec « Amourant » un titre basé sur un jeu de mots entre « amour » et « mourant ». Une nouvelle fois des sifflets se glissent entre les couplets lents et les refrains plus entêtants.

Plus électro pop, on imagine très bien « Opium » interprété en live par Amir. Un hit efficace qui explose même lors des refrains.

Plus sombre et rock « Que le temps s’arrête » nous touche. Un morceau vocalement intéressant marqué par les envolées du chanteur.

Amir ouvre plus que jamais son cœur sur « Idéale Idylle » en duo avec sa femme Lital. Une douce ballade au piano, épurée dégageant une émotion certaine. On sent le chanteur sincère, on apprécie le grain de voix de Lital et les passages à l’unisson. Une véritable pépite.

Plus funky et radiophonique « Laisse la vie faire » est un mixe entre la rythmique de « Shape Of You » d’Ed Sheeeran et la musicalité de « Attention » de Charlie Puth.

On enchaîne avec le deuxième featuring de l’album et un hit déjà connu du grand public. « No vacancy » feat One Republic. Entre l’énergie de l’artiste et les beats à répétition il est plaisant de le retrouver au sein de l’album pour se remémorer notre été.

Dans « La nuit » Amir jongle entre l’anglais et le français. Un morceau peut être un peu moins marquant que les autres.

On termine en beauté avec « Anja ». Une très belle ballade authentique portée par un message d’espoir, dans laquelle l’artiste évoque le destin tragique des enfants nés en zone de Guerre. Dans une interview accordée au quotidien « 20 minutes » Amir a indiqué qu’elle avait été « mise exprès à la fin de l’album, comme un épilogue »

En bref, Amir nous offre un second opus éclectique entre hits pop, et mélodies acoustiques. Le chanteur se confie à travers des paroles imagées voire poétiques, avec un univers globalement proche de celui de son premier album. L’artiste ne déroute pas mais confirme à la fois sa sensibilité et sa joie de vivre.

Coup de coeur :  « Les rues de ma peine » /« Il était une femme »/ « Idéale Idylle »

Le moins séduisant : « La nuit »

Publicités
About AliciaDrouinRuiz (623 Articles)
Rédactrice / Spécialiste Télévision, Musique / Twitter : https://twitter.com/AliciaDrouinRz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :