Publicités

« Saturday Night Fever » au Palais Des Sports : Nous y étions

Quasi un mois que Fauve Hautot et ses acolytes ont investi le Palais des Sports avec le spectacle musical « Saturday Night Fever » plongeant la salle dans l’univers des années 70. Hier soir nous avons assisté à ce show que nous avions hâte de découvrir et nous n’avons pas été déçu, loin de là.

Boules à facettes, rideaux pailletés, avant même le début du spectacle nous sommes immédiatement plongés dans une ambiance disco. Jusqu’à l’arrivée des danseurs et le lancement du premier tableau qui donne le ton. La soirée s’annonce festive pour notre plus grand plaisir ! Plaque tournante au centre, sol lumineux et projections sur écran, les décors nous en mettent plein la vue. Même effet avec les costumes pailletés, pantalons pattes d’eph et autres robes fendues. Les chorégraphies millimétrées rythment le spectacle au son des tubes des Bee Gees remixés pour l’occasion. Dés le départ on se laisse également porter par l’histoire du jeune Tony Manero (interprété par Nicolas Archambault) passionné de danse prêt à tout plaquer pour sa passion. Il danse aussi bien qu’il ne joue la comédie, au même titre que ses amis Annette (Fanny Fourquez) et Bobby (Vinicius Timmerman). Son destin va basculer à la rencontre de la pétillante Stéphanie (Fauve Hautot) femme de caractère et excellente danseuse. Une histoire parfaitement racontée par LA bonne surprise du spectacle : Gwendal Marimoutou. Le jeune artiste endosse son rôle de narrateur à la perfection. A parte avec le public, petites vannes, on est à la limite du one man show et on se prête volontiers au jeu. Très à l’aise, il fait même office de chauffeur de salle en incitant le public à se lever pour danser durant certains tableaux et en invite même certains sur scène pour lancer le deuxième acte.

img_6138

L’énergie des danseurs est bluffante et communicative. On aurait pu penser que Fauve allait être trop mise en avant mais il n’en est rien. La cohésion du groupe est évidente et les danseurs ont une réelle présence, autant que les rôles principaux qui brillent par leur charisme. Certains tableaux sont accompagnés par des prestations live d’un trio composé de Stephan Rizon (vainqueur de The Voice 1), Flo Malley (aperçu également dans The Voice) et Nevedya. La voix puissante de la chanteuse et le groove de ses acolytes apportent une réelle valeur ajoutée au show. Et si l’histoire reste légère on en apprend un peu plus sur la jeunesse et les différences sociales de l’époque.
En bref c’est un sans faute pour « Saturday Night Fever ». Pas d’incohérence, de la musique live et festive, des chorégraphies épatantes, un décor grandiose et un casting de folie. De quoi passer un excellent moment et sortir de la salle totalement survolté !

img_6141

 

Publicités
About AliciaDrouinRuiz (558 Articles)
Rédactrice / Spécialiste Télévision, Musique / Twitter : https://twitter.com/AliciaDrouinRz

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Gwendal Marimoutou reprend « Je m’en vais » de Vianney – La Box Médias
  2. Flo Malley dévoile son premier single « Mon cœur sous les verrous » – La Box Médias
  3. Danse Avec Les Stars 8 : Nicolas Archambault nouveau visage du jury – La Box Médias

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :