Publicités

(INTERVIEW) Léa Paci « On a la chance de revenir à des artistes qui racontent des histoires comme Julien Doré ou Vianney que j’aime beaucoup »

Un grain de malice et un caractère bien trempé, c’est ce qui caractérise Léa Paci. Une jeune femme de 20 ans qui a débuté dans la chanson pour vaincre son mal être après une rupture amoureuse. Son premier single « Pour aller où ? » tourne déjà en boucle sur les ondes avec un clip qui vient de dépasser le seuil des 60 000 vues en quelques jours. Nous avons rencontré la chanteuse dans les locaux de Warner pour en savoir plus sur sa personnalité et son premier album à venir.

LaBoxMedias : Peux tu nous expliquer comment est née ta passion pour la musique ?

Léa Paci : Je chante depuis que j’suis née. Alors c’est fou je pense que les trois quarts des artistes disent ça. Mais ma mère se souvient très bien de trajets en voiture ou je chantais les mêmes comptines pendant des heures et des heures, à toutes les fêtes de famille. C’est vraiment quelque chose que j’aimais faire, j’avais le micro de la Star Academy (rires). Et c’est surtout quand j’ai commencé à faire du théâtre, j’ai fait onze ans de théâtre en fait avant de faire de la musique vraiment, et j’avais pas mal d’amis qui faisaient de la guitare, du piano, et on se retrouvait beaucoup pendant les jours de répétition à jouer ensemble et au bout d’un moment j’ai voulu devenir complètement indépendante en fait. Donc j’ai acheté une guitare, j’ai été sur Youtube, j’ai mis play et pause sur toutes les reprises que j’avais envie de faire et je reproduisais jusqu’à ce que ça sonne comme la vidéo, donc là j’ai commencé à faire pas mal de reprises. Ensuite j’ai fait avec un copain on a dit on va poster ça sur Youtube pour avoir l’avis de quelqu’un d’autre que mes parents et mes potes qui disaient toujours « ouais c’est trop bien ». Et je faisais ça sans communiquer dessus vraiment, sans attendre quelque chose de particulier, mais c’est absolument fou parce que la toile, ‘fin y a pleins de casteurs qui passent et qui s’intéressent qui regardent des artistes qui font des reprises, du coup j’ai eu la chance d’être contactée par ce biais là.

Tu as appris la guitare seule ?

Ah oui je suis complètement autodidacte. Après je ne me prétends pas guitariste en tant que tel, parce que toutes les bases de solfège je ne les ai pas. Mais ça me permet de faire ce que j’ai envie, de pouvoir composer et d’arriver avec des maquettes plus ou moins prêtes, des idées de ce que j’ai envie de faire, et c’est déjà un vrai avantage d’avoir la base, de pouvoir reproduire mes morceaux, pas forcément comme sur le single mais pouvoir donner un aperçu de ce que c’est en acoustique.

Tu joues aussi du piano ?

Guitare, j’aurais adoré faire du piano mais je pense que sans le solfège c’est un peu compliqué. Mais il n’est pas trop tard pour s’y mettre, et j’espère bien qu’avec cette aventure j’aurais le temps d’apprendre le piano.

Pareil pour le chant, tu n’as pas pris de cours ?

Zéro (rires) absolument zéro, mais parce qu’en fait j’avais pas prévu que tout ça m’arrive, donc le fait de pas le prendre vraiment au sérieux et de l’prendre comme un objectif de vie a fait que j’ai pas investi dans le conservatoire, des cours de chants.. Après je pense qu’aujourd’hui ça pourrait être utile les échauffements vocaux des choses comme ça, la posture, le souffle, j’pense que là ça deviendra nécessaire dans les prochains mois.

A la base tu faisais du théâtre, tu voulais en faire ton métier ?

C’est ça, j’ai fait onze ans de théâtre dans une troupe indépendante. Je pense que j’avais plus prévu si j’avais dû choisir à un certain moment je m’étais plus dit je ferais comédienne. J’adorais la scène mais finalement je vais retrouver la scène j’espère. C’est quand même des milieux qui sont liés, mais y a tout ce jeu d’honnêteté, de sincérité, de partage avec le public, d’apporter une émotion particulière. Donc finalement je pense que c’est assez lié et c’est juste génial.

En plus tu pourras sans doute en refaire aussi et lié chant et théâtre à l’avenir.

J’espère que ça ouvrira d’autres portes. Parce que je pense qu’aujourd’hui, le plus dur des artistes c’est d’être amené à être polyvalent j’pense que c’est vraiment nécessaire dans le monde actuel artistique

Tu penses que le théâtre t’a apporté quoi ?

Ça m’a apporté pleins de choses, mais même le fait de pouvoir raconter ma vie assez facilement, de lever certains filtres, la timidité… en présence de personnes que je ne connais pas j’arrive à être à peu près détendue malgré le stress parce que de toute façon le stress c’est bien aussi et c’est bon d’avoir du stress j’pense que c’est important. Et c’est vrai que ça permet d’être un peu plus cool et d’être préparé un peu à tout ça.

lea-paci-pour-aller-ou

INSPIRATIONS MUSICALES « C’est un vrai parti pris de mélanger des textes forts et des prods plus cool »

Peux tu nous parler de ton premier single « Pour aller où ? » ?

C’est un morceau très très fort, en tout cas à mes yeux, mais j’espère qu’il est perçu comme ça. C’est un morceau qui est très très fort parce que il est arrivé à un moment ou j’étais extrêmement perdue que je ne savais pas ou j’allais et j’ai eu la chance d’avoir un auteur, en l’occurrence Yohann Malory qui a écrit pour Louane, Navii, pour des artistes qui sont bien implantés aujourd’hui dans la scène musicale française. Et c’est quelqu’un qui a été, par les discussions très franches qu’on a eu ensemble, qui a réussi à cibler vraiment les besoins que j’avais, ce que j’avais envie de raconter. Et « Pour aller où ? » il a réussi se tandem entre faire quelque chose de très fragile, qui était lié à mon âge, lié à ce que j’vivais, lié à la peur de ce qu’on est, de ce qu’on va devenir, de ce qu’on fait, et en même temps ce côté un peu plus dur, de prendre conscience que les choses elles peuvent s’arrêter, qu’on ne se souvient pas de tout, qu’il faut faire les bons choix et que c’est important. Et tout ça c’est la peur du lendemain, la peur de ce qu’on a et de ne pas savoir ce qu’on va trouver et en même temps y aller à fond parce qu’il n’y a pas le choix et que la vie il faut avancer quoi.

Tu ne te sentais pas d’écrire toi même ce que tu ressentais à ce moment là ?

En fait j’écrivais en anglais, ou alors j’écrivais des poèmes, j’écrivais des petites nouvelles.. et j’avais pas du tout l’habitude d’écrire de la chanson en français. Et j’avais peur du français, c’était une langue qui me faisait peur, que j’adore aujourd’hui mais qui à la base me faisait peur parce qu’elle est pleine d’attente en fait. C’est une langue qui est tellement forte, et avec laquelle on peut dire tellement de choses que j’avais un peu peur de tomber soit dans des choses trop faciles, soit dans des choses qui auraient pu paraître prétentieuse. Et finalement je pense que j’ai compris en tout cas en travaillant, qu’il était possible même avec des mots simples de faire passer des choses assez fortes.

C’était un parti pris de mélanger un texte touchant avec de la musique électro ?

Oui, ça pour le coup c’est un vrai parti pris qui se retrouvera sur tout l’album, de faire des textes qui peuvent être assez forts, qui parfois peuvent toucher des adultes, avec des prods qui sont parfois plus cool, plus joie de vivre, qui peuvent toucher les plus jeunes justement. J’avais pas envie d’en faire un album plutôt noir, assez triste.. y a des sujets qui n’sont pas forcément joyeux, mais qui par la prod plutôt « cool » radoucis un peu mes propos.

Du coup tu vas utiliser la même recette pour tes autres titres ?

Ouais, j’pense que c’est important. J’avais pas envie de m’enfermer, ni que dans de la joie parce que c’est pas ce qu’on vit, dans la vie de tous les jours y a rarement que des choses bien. Mais voilà il fallait savoir faire la balance entre les deux.

Concrètement avec ce premier album niveau notoriété tu pars de zéro. Tu n’aurais pas aimé passer par un télé crochet comme certains l’ont fait ?

J’ai été contacté par des télé crochets au moment ou je postais des vidéos sur Youtube. Après à cette époque là j’étais au lycée, j’avais vraiment pour objectif de passer mon BAC. Ensuite j’suis partie en BTS communication j’avais vraiment envie de le terminer. Et puis j’pense que je n’étais pas prête à le faire et j’avais peur. Après c’est vrai que aujourd’hui sans sortir de télé crochet c’est compliqué parce que y a très peu d’artistes finalement qui arrivent à émerger sans en avoir fait, mais c’est là tout l’enjeu, et j’espère bien réussir à m’imposer et me faire une place, j’pense qu’il y a de la place pour tout le monde.

Encore plus compliqué en plus pour toi qui arrive avec des titres inédits et non des reprises.

C’est ça, c’est le côté qui me rend un peu euphorique et en même temps qui me stress parce que du coup on partage vraiment notre vie privée. C’est un truc tout nouveau d’arriver à livrer et dire bon je donne une partie d’moi je la laisse entre les mains du public et le public va l’emmener ou lui a envie de l’emmener.

Pourtant même en faisant des reprises tu mettais ta propre patte ?

Oui je mettais ma patte mais j’pense que jusqu’à ce que j’entre en studio j’étais beaucoup dans la comparaison. Je ne savais pas trop quelle était ma voix. Et en fait en travaillant en studio j’ai découvert quelle était ma vraie emprunte à moi avec des fragilités, avec des graves et pas forcément des aigues. En même temps je ne me prétends pas être chanteuse à voix, j’pense juste que j’ai une histoire à raconter, et qu’on m’a donné vraiment l’opportunité avec une équipe formidable de la raconter. Donc je saisi cette opportunité et j’espère aller loin avec.

lea-paci-pour-aller-ou-clip-capture

Avec quels artistes tu pourrais te comparer ?

J’pense que dans le paysage actuel on a la chance de revenir à des artistes qui racontent des histoires. Que ce soit Vianney, Julien Doré, je l’aime beaucoup parce que j’aime les images qu’il met dans ses textes, c’est très très poétique et j’aime ça. Après, c’est sûr que en ayant le même producteur et auteur sur certains titres que Louane j’pense que la comparaison peut être asse vite évidente. Après j’aime beaucoup ce que fait Jain, j’trouve que y a vraiment dans le paysage actuels des artistes hyper différents et qui racontent des histoires. Chacun a son histoire à raconter et ne va pas sur les plates bandes de l’autre. J’pense que y a de la place.

Ça t’intéresserait de faire un duo avec un de ces artistes ou un autre ?

Ouais à fond, ça serait absolument génial ! Rien que pour le partage, pas forcément pour prendre un peu de notoriété. Effectivement de faire quelque chose avec quelqu’un de connu ça permet d’avoir plus de public, mais j’pense surtout en terme de partage et de la façon dont on peut apprendre de quelqu’un d’autre.
Je pense que ça serait avec Julien Doré. Mais si c’était avec Louane ou Vianney ça serait un grand plaisir parce que je respecte beaucoup ces deux artistes là. Je les trouve absolument incroyables et l’un et l’autre.

Qu’est ce que tu écoutes en boucles en ce moment ?

En ce moment j’écoute beaucoup de la chanson française mais qui est déjà dépassée (rires) donc, j’écoute beaucoup Françoise Hardy et France Gall en c’moment. Mais sinon je suis aussi une fille de mon temps (rires) et j’écoute beaucoup Kungs, que j’adore et Nach, je trouve que ça sort vraiment du lot, et puis le nouvel album de Vianney dont je suis absolument fan et de Julien Doré aussi. Je trouve ça génial.

Tu essayes de t’inspirer de ce que tu écoutes ?

Ouais c’est clair, forcément ça nourrit. Pas parce que j’ai envie de raconter la même chose qu’eux mais parce que je vois la façon dont eux le racontent. Et chacun a sa sa manière de raconter et ça c’est génial !

Quel est le dernier concert auquel tu aies assisté ?

C’était Flume et c’était vraiment trop bien !!

Ça te donne encore plus envie d’aller à ton tour sur scène ?

Oui, ça me donne encore plus envie d’aller sur scène. Et pour le coup Flume ça peut paraître loin du single « Pour aller où ? » mais en fait pas tellement, parce que ces notes électro y en a dans le morceau et y en a dans les morceaux qui arriveront parce que j’en écoute beaucoup et je n’vois pas pourquoi j’aurais dû faire l’impasse là dessus. J’avais pas envie de me cantonner à un style particulier moi j’écoute beaucoup de choses et j’pense que toutes les influences se regrouperont.

lea-paci-pour-aller-ou-clip

UN PREMIER ALBUM EN PREPARATION « On va passer à l’enregistrement de morceaux ultra persos »

Tu sais déjà quand va sortir ton premier album ?

Y a pas de date fixée. Courant 2017 c’est sûr, après on attend vraiment, comme tu disais je pars d’une notoriété zéro, on attend vraiment de voir comment le public accueille ce premier single et si ça avance vite on ira plus vite et si ça prend du temps c’est pas grave j’pense qu’on n’est pas pressés. Vaut mieux prendre son temps et faire quelque chose de périn qu’aller très vite et retomber très vite (rires).

Mais certains titres sont déjà prêts ?

Une grande partie est prète effectivement oui parce qu’on est arrivés avec pas mal de chansons. Mais on reste en phase de création, encore plus moi qui vraiment là commence à écrire toute seule et composer toute seule sans l’aide de personne et à pouvoir proposer mes morceaux. Donc je pense et j’espère qu’ils auront leur place dans l’album. Je ferais en sorte qu’ils soient là.

Du coup tu vas d’avantage te consacrer à la composition ?

Ouais, moi ça fait déjà quelques mois que je compose et j’écris. Donc là on va passer normalement à l’enregistrement de ces morceaux ultra persos, encore plus que les autres.

Un endroit ou un moment idéal pour écrire ?

Je commence à apprendre à écrire sans être soit trop triste soit trop heureuse parce qu’au départ c’était un peu ça, fallait que je sois dans une émotion un peu extrème pour écrire quelque e chose. Et en fait ça se travaille, et aujourd’hui c’est apprendre à écrire sur le quotidien, sur le banal et en fait quelque chose d’un peu joli et hors du temps. Et mon endroit fétiche j’dirais que j’aime bien me poser à une terrasse de café avec un thé et mon carnet, mon stylo et ça c’est des bons moments.

Du coup pour les fêtes tu vas travailler ou prendre un peu de vacances ?

En fait je travaille dés que j’ai de l’inspiration. Donc si j’ai de l’inspiration le 24 décembre à minuit j’écrirais le 24 décembre à minuit. Mais non je compte passer les fêtes avec ma famille parce que je pense que c’est fait pour ça ces moments là.

Un dernier mot pour nos lecteurs et pour donner envie aux gens de découvrir ta musique ?

Déjà merci pour l’interview, merci pour le temps que vous consacrez et pour le soutien. Et merci aux lecteurs de prendre le temps de lire tout ça et de s’intéresser et suivre parce que vraiment je reçois des messages extrêmement bienveillants et ça fait plaisir quand on commence de se sentir soutenue par des personnes qu’on ne connaît pas et ça va réserver beaucoup de surprises. Alors qu’ils continuent de suivre parce que y a des choses très différentes qui vont arriver et j’espère que ça plaira tout autant.

Retrouvez le clip de « Pour aller où ? » ici :

Publicités
About AliciaDrouinRuiz (528 Articles)
Rédactrice / Spécialiste Télévision, Musique / Twitter : https://twitter.com/AliciaDrouinRz

1 Trackback / Pingback

  1. Léa Paci enchaîne avec « Adolescente pirate » – La Box Médias

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :